Quand les rescapés du génocide des Tutsi étaient taxés par la France d'être les " relais des services de renseignement rwandais "

L’ancien secrétaire général d’Ibuka Europe, Alain Ngirinshuti, a profité de la commémoration parisienne du génocide des Tutsi, le 7 avril, pour exposer le refus de naturalisation qui lui a été opposé pour  » manque de loyalisme envers la France et ses institutions  » du fait de son appartenance à l’association de rescapés Ibuka. Il s’en explique à  » Jeune Afrique « .
Source: Flux RSS

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Uncategorized