La sécurité au centre de l’action diplomatique

Securite-Afrique
Comme au cours des quatre dernières années, la sécurité aura été au cœur de l’actualité diplomatique africaine en 2016. En effet, cette année aura été marquée par la perpétuation des attaques terroristes dans plusieurs pays du continent. Ainsi, en plus du Nigeria, du Cameroun et du Niger cibles de Boko-Haram, le Mali, le Burkina Faso et la Côte ont ainsi été les lieux d’attaques terroristes du groupe Al-mourabitoune affilié au groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique. La première attaque au Burkina Faso a eu lieu le 15 janvier à Ouagadougou et a visé le restaurant bar le Cappuccino, l’Hôtel Splendid et le bar Taxi brousse avait 30 morts et 150 blessés. Suivront celles contre un poste de police à Koutoukou (deux blessés) le poste douanier de Markoye (deux morts et trois blessés), Intagom (trois morts), et le camp militaire de Noussoumbou (12 victimes). Pour la même période, le Mali a enregistré selon le Mali link Investigative Reporting Group, 76 attaques de nature terroriste dans plusieurs localités du pays. Ces attaques auront le lourd bilan de 207 victimes et des milliers de blessés. En Côte d’Ivoire, l’attaque terroriste de Grand Basssam le 13 mars a occasionné la mort de 19 personnes. Lors des 26e et 27e sommets de l’Union Africaine, la sécurité a encore été le principal enjeu. L’objectif étant, comme durant les trois dernières années, de parvenir à une communautarisation des initiatives de sécurisation du continent en proie à ces conflits asymétriques. A ces initiatives de l’organisation de la sécurité régionale s’ajoute celle des pays membres du G5 du Sahel, tous concernés par l’objectif de sécurisation de leurs territoires. En effet, ces pays, parallèlement aux efforts de l’Union Africaine, ont entamé un travail commun axé sur l’échange d’informations et la collaboration opérationnelle.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Publié dans Actualité africaine